Le mot de Daniel Turp

Dernières nouvelles

Pour un geste d'appui aux semeurs de bonheur (Notes pour une allocution à l'occasion du concert-bénéfice de la Société pour les arts en milieux de santé (31 mars 2015)

« Radio Ville-Marie- Nouvelle dérive dans le paysage de notre radiophonie » (Le Devoir) (24 mars 2015)

Rapport de la mission d'observation du Parti Québécois en Catalogne (Conseil national) (7 février 2015)

Écosse-Catalogne-Québec- Tableau comparatif 1 (Données statistiques et politiques)

Ecosse-Catalogne-Québec- Tableau comparatif 2 (Questions et résultats référendaires)

Québec exhorté à s'ajuster aux normes antitabac (Le Soleil) (19 janvier 2015)

Aussi dans ce mot

Abonnez-vous

Votre courriel :

04 mai 2015
(No 2015-18)

Salutations de Beijing en Chine… et, avec Pierre-Karl Péladeau, « S’entraider, apprendre et créer pour… Réussir » le pays du Québec

Je vous salue de Beijing où je suis arrivé en fin d’après-midi le dimanche 3 mai après un court séjour à Hong Kong. Durant les deux prochaines semaines, j’agirai comme professeur responsable du Programme d’été en Chine qu’organise la Faculté de droit de l’Université de Montréal en collaboration avec l’Université de science politique et du droit de Chine. Mon collègue Gérald Goldstein prendra ma relève pour la deuxième partie du programme à la mi-mai et nous aurons le plaisir de travailler avec le professeur Jiao Jie qui encadre le programme pour l’université chinoise.


Jiao Jie

À l’occasion d’un banquet de bienvenue et de la cérémonie d’ouverture qui aura lieu ce soir à 18 h, je retrouverai la très grande majorité des 76 étudiants et étudiantes qui ont choisi de participer à ce programme. Les cours démarreront demain le mardi 5 mai 2015 avec une « Introduction au système juridique chinois » et se poursuivront de mercredi à vendredi avec des enseignements en droit constitutionnel et administratif chinois, en droit chinois des contrats et en Droit du commerce extérieur chinois. Des visites de la Place Tiananmen et de la Cité interdite sont par ailleurs prévues la fin de semaine prochaine et devraient permettre d’inscrire les enseignements dans la fascinante histoire de l’Empire du milieu.

« S’entraider, apprendre et créer pour… Réussir » le pays du Québec

En marge du quatrième débat officiel de la course à la chefferie du Parti Québécois qui a eu lieu hier à Rimouski (et que j’ai tenté sans succès de visionner ici à Beijing), mon candidat Pierre-Karl Péladeau a rendu public le quatrième volet de sa plateforme. « S’entraider, apprendre et créer » sont les termes qui ont été choisis pour présenter six nouveaux engagements en matière d’éducation, d’accompagnement et de soutien aux nouveaux Québécois et de culture. Vous pouvez prendre connaissance du texte intégral de ces engagements en cliquant ici. Ce volet de la plateforme contient en outre un engagement de « définir les mesures qui consolideront le statut du français comme langue officielle et commune du Québec et assureront sa pérennité dans la Métropole » qui est formulé en ces termes :

« Dans cette perspective, il importe de donner suite à la proposition de la Commission des États généraux sur la situation et l’avenir de la langue française au Québec de procéder à une constitutionnalisation québécoise des droits linguistiques fondamentaux. J’entends aussi lancer la rédaction d’une nouvelle Charte québécoise de la langue française qui contiendra toutes les mesures nécessaires pour protéger et promouvoir la langue, en particulier dans la Métropole, de façon à ce qu’un projet de loi puisse être présenté dès la reprise du pouvoir par le Parti Québécois. Cette nouvelle charte devra par ailleurs être conçue, comme le prévoit la Charte de la langue française, avec un esprit de justice et d’ouverture, dans le respect des droits linguistiques garantis aux personnes appartenant à la communauté québécoise d’expression anglaise et aux descendants des Premières nations et de la nation inuite. »

Sur cette question la langue française, je lis avec intérêt ce matin une lettre publiée dans Le Devoir sous la plume de Monique Bisson et le titre « Le temps d’agir pour la langue française » dans laquelle la citoyenne de Gatineau interpelle ainsi la ministre Hélène David : « . Madame la Ministre, je n’ai jamais pensé, il y a 40 ans, au moment de l’éclosion des grands chantiers de francisation au Québec, que 40 ans plus tard j’écrirais ces lignes dévastatrices sur le désengagement d’un gouvernement québécois quant à la francisation des entreprises et à l’utilisation de mots français aussi simples qu’entrepôt, supercentre ou supermarché pour accompagner l’affichage de noms de commerce par ailleurs exclusivement en anglais. Il est plus que temps d’agir ! ».

Le candidat Péladeau s’engage par ailleurs  à « procéder à une analyse des avantages qu’engendrerait le rapatriement dans un Québec indépendant de l’ensemble des compétences en matière de culture et de communications ». Sur cette question, il entend inviter l’Institut québécois de recherches appliquées sur l’indépendance dont il prône la création à décrire avec plus de précision les institutions culturelles du Québec indépendant. Il y est ajouté à cet égard :

« Si le Québec disposait de l’ensemble des compétences législatives et des ressources financières en ces domaines, Télé-Québec et une nouvelle Radio-Québec pourraient redonner à un diffuseur public ses lettres de noblesse, le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) disposeraient de moyens nettement plus importants pour soutenir les artistes et les entreprises dans leur processus de création et Bibliothèque et Archives nationales du Québec aurait également les moyens de ses ambitions, notamment en regard de la mémoire historique du Québec dont elle deviendrait dépositaire. On pourrait en outre déterminer l’instance qui se substituerait au CRTC pour gérer au Québec l’ensemble des communications (radiodiffusion, télédiffusion, câblodistribution et Internet). Cette analyse pourrait aussi porter sur les institutions et les mesures qu’un Québec souverain devrait envisager de créer et d’adopter pour que son patrimoine culturel, tant matériel qu’immatériel, soit assuré d’une meilleure protection et d’une réelle mise en valeur.»

Le cinquième et dernier débat officiel de la course à la chefferie du Parti Québécois est prévu à Montréal le jeudi 7 mai prochain et aura pour thèmes « Langue, laïcité, immigration et citoyenneté » et « Urbanisation et transport ». Et un grand rassemblement des partisans du candidat Péladeau est prévu pour le samedi 9 mai. Même à une distance de 10 467 km de Montréal, je suivrai tout cela, ici de Beijing, avec intérêt et assiduité !

***** 

Bonne semaine…et je vous écrirai à nouveau de Beijing le lundi 11 mai 2015 pour vous faire un compte-rendu d’une première semaine en la capitale de la République populaire de Chine.

 



Parti Québécois
Troisième débat officiel
Québec
16 avril 2015

Turp.tv

Le carnet électoral

Revue L'Opéra

Clef Centre lyrique

Radio Ville Marie

Fondation Chapelle historique

 
Copyright © 2011 Daniel Turp. Tous droits réservés.